La notion d'aide en contexte numérique
2 juin 2015 Agadir (Maroc)

Thématique de l'atelier

Le numérique traverse désormais tout le système éducatif français, de l’enseignement primaire jusqu’à l’université. Le récent rapport du Conseil National du Numérique[1] le confirme : « c’est toute la vie scolaire, la classe, le temps scolaire hors école qui sont impactés ». En même temps, après la mise en place des campus numériques et de la formation ouverte et à distance (FOAD), l’enseignement supérieur français entre dans l’ère des MOOCs (Massive Open Online Courses) et de la FUN (France Université Numérique).

Cette évolution vertigineuse a des conséquences pour tous ceux impliqués dans les apprentissages : les apprenants eux-mêmes mais aussi les enseignants et les concepteurs d’outils. L’une des conséquences majeures concerne la notion d’aide. En effet, alors que les nouveaux outils et environnements numériques renforcent, globalement, le rôle actif de l'apprenant, il n’en reste pas moins nécessaire de veiller à ce que des aides soient disponibles à toutes les étapes du processus d’apprentissage. En effet, depuis le début du développement des technologies de l’information et de la communication (TIC), il s’avère nécessaire de fournir des aides aux apprenants de façon à leur permettre de prendre en charge leur apprentissage (Puustinen, Volckaert-Legrier, Coquin, & Bernicot, 2009).

L’aide peut prendre différentes formes et provenir de différentes sources. On peut distinguer au moins trois cas de figure (Puustinen & Rouet, 2009) : (1) l’aide est fournie par un humain (par ex. enseignant) qui est physiquement présent lorsque les apprenants travaillent avec des environnements numériques (par ex. un cours qui a lieu dans la salle d’informatique de l’école), (2) l’aide est fournie par un humain qui est présent via les technologies numériques (par ex., un cours magistral donné via visioconférence, ou un enseignant qui répond aux questions des étudiants par mail ou sur un forum de discussion) et (3) l’aide est fournie par le système numérique (par exemple, un outil d’aide intégré à l’environnement d’apprentissage numérique) ; dans ce cas, l’aide eut être individuelle ou personnelle (Duthoit, Mailles-Viard Metz, & Pélissier, 2012), proposée (ou imposée) par le système selon une modalité « à la carte » ou encore préconstruite en amont de toute interaction et de tout profil utilisateur préalablement établi.

Ces trois solutions ne sont pas mutuellement exclusives ; par exemple, un aideur humain peut être physiquement présent lorsque les apprenants consultent l’outil d’aide présent dans l’environnement informatique. Elles permettent également de mettre en évidence les interactions et apports de chacun : le concepteur, qui conçoit l’environnement d’apprentissage en intégrant éventuellement des outils d’aide et/ou outils de communication permettant la demande et la réception de l’aide, l’aideur (enseignant, autre apprenant, etc.) qui propose son aide aux autres soit spontanément (lorsqu’il estime que c’est nécessaire) soit en réponse à une demande spécifique, et enfin l’apprenant qui apprend et autorégule son apprentissage dans ces Environnements Informatiques pour l’Apprentissage Humain (EIAH).

 Ce positionnement montre l’intérêt d’une réflexion et d’une interaction entre plusieurs acteurs des aides et donc de plusieurs disciplines : des sciences de l’éducation à l’informatique en passant par la psychologie, la sociologie, l’information et la communication, les sciences du langage et les sciences cognitives.



[1] Jules Ferry 3.0 : bâtir une école créative et juste dans un monde numérique. Rapport du Conseil National du Numérique (CNNum), octobre 2014.

http://www.cnnumerique.fr/wp-content/uploads/2014/10/Rapport_CNNum_Education_oct14.pdf

   

Calendrier

  • Lancement de l'appel : 17 février 2015
  • Date limite de soumission des propositions : 10 avril 2015
  • Notification aux auteurs : 4 mai 2015
  • Déroulement de l’atelier : 2 juin 2015 après-midi à Agadir (Maroc)

Contact

Chrysta PELISSIER

chrysta.pelissier@univ-montp2.fr

Laboratoire PRAXILING - UMR 5267 - CNRS

 

Minna PUUSTINEN

minna.puustinen@inshea.fr

EA 7287 Grhapes - INS HEA - Suresnes

Personnes connectées : 2